AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Evenement Order] - Order fête Halloween

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ðanaël
Administrateur
avatar

Messages : 2417

MessageSujet: [Evenement Order] - Order fête Halloween    Mer 9 Jan - 10:57


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

C'était un de ces jours paisibles, au ciel bleu et à l'air tiède, juste assez en tout cas pour apprécier d'être en cette fin d’après midi sur le pont d'un croiseur amarré. La déclinaison du soleil offrait un accent magique à ces nuages mourants sur l'horizon. Ainsi l'aurore rosâtre accompagna Carterman en un sommeil éloigné, il ne regrettait vraiment pas de s’être installé sur L'Order.

-A peine avais-je eu l'impression de fermer les yeux que je les ouvris à nouveau sur ce beau specta...

L'homme resta, quelques secondes, perplexe.

-Tiens c'est étrange comme le climat est changeant ici, voilà que les nuages se font maintenant menaçants, une tempête se prépare sûrement. Et je n'ai rien vu venir comme d'habitude... L'air s'est rafraîchi je crois que je vais me préparer un petit chocolat, se dit-il en gloussant.

Après quelques infusions ioniques de cacao en ses quartiers il s'assit devant « Télé réelle aux frontières de l'irl »


-Ici la journaliste Aurélie Munos de TRFI en directe de Onrop !


Voilà une journaliste qui me plaît bien pensa t-il

Nous avons perdu contact avec plusieurs planètes de Quantum.
Il est fait état d'un simple arrêt des communications que nous n'expliquons pas.
Des missions de secours comme vous pouvez le voir derrière moi s’apprêtent à partir en reconnaissance et élucider ce mystère, mais pour le moment nous ne pou...
Ah ! Attendez je crois voir Monsieur Groku là bas … oui c'est bien lui nous allons tenter de nous approcher pour avoir quelques informations.

-Monsieur Groku ! Monsieur


L'homme semblait agacé et gêné

-Monsieur que savez-vous de la situation ? demanda la charmante femme
-Et bien rien qui ne puisse aider les journalistes, protesta Groku.
-Vous devez bien être informé après tout vous êtes Chancelier à la défense.
-C'est exact mademoiselle et je vous affirme que la situation n'a rien d'alarmant.
-Mais pourtant nous …
-IL suffit, explosa l'homme.
-Vous nous empêchez de faire notre travail, bonne soirée mademoiselle Munos !
Groku partit alors laissant là sans réponse nos vicieux curieux, pour entrer sous une tente militaire.
La jeune femme fît alors ce que son travail à elle lui demandait, et elle se faufila avec son cameraman au plus proche de la source. Cachée derrière le tissu vert elle essaya d'écouter les conversations.


-Faites moi entendre ça jeune homme, dit Groku
L’officier s’exécuta !
Citation :

GrSSzzz … Ici le marchant Isgu GrzSzss.. nous sommes …. par des GreeZZs.... AhhhhAHHhahah à l'aide …. Zzsstrzee ...

-Fin de la transmission Monsieur
-D’où ça vient ?
-De Korukan une des planètes dont nous avons perdu le contact

Le cameraman fît alors un gros plan sur le visage inquiet de Munos avant de trébucher et d'interrompre la diffusion.

-Décidément cette chaîne ne propose jamais rien de très intéressant, voilà encore quelques faits divers aux allures plus fantasques que véridiques. C'est pas faux que ça augmente l'audience mais …

Carterman entendit soudain un crissement, comme un frottement sur la carlingue à la manière d'une craie sur un tableau. A fin de se rassurer il pensa au vent dehors car il était vrai que la tempête s'était confirmée et que la pluie était accompagnée d'une brise grandissante. Mais le bruit persiste et signe, ainsi l'homme apeuré entendit à nouveau quelques sonorités aigues, puis la transmission télé s’interrompit brusquement. Cette fois c'est sûr : il n'était plus seul à bord. Et bien décidé à faire goûter du gourdin à ses visiteurs il alla explorer les entrailles métalliques du vaisseau, la lumière ne répondait déjà plus, tandis que les vents en furie attaquaient la coque, quelques éclairs à intervalles irréguliers, permettaient tout de même, l'instant d'un flash, de voir les sombres murs qui faisaient face à nôtre héros, telles des cachettes providentielles pour tout guet-apens. Le tonnerre en revanche n'aida pas à localiser la source des provocants grincements . Tout d'un coup une autre excentricité sonore retentit en ces couloirs, comme des pas d'abord au dessus puis à gauche et à droite. L'ennemi semblait être aussi bien à l'extérieur qu'a l'intérieur et pouvait surgir de nulle part, à tout moment, s'estimant ainsi encerclé, Carterman fît ce que tout bon Commandant d'un fier Croiseur aurait fait : il prit ses jambes à son cou, sentant les pas le talonner il crut rendre l'âme trois fois avant même d'être attaqué. In extremis il ferma la porte de ses quartiers et s'assit dans son confortable fauteuil -petit privilège du Chef-.

Après un temps …

Se consolant avec du Whisky, Carterman ne pouvait rien faire d'autre qu'attendre le bon moment pour surgir à son tour contre le mystère, tel un lion déchaîné . Il trouverait le courage et la volonté de faire face à la peur, de chasser l'envahisseur hors de son navire. Mais celui-ci ne lui en laissa pas le temps, car le vicieux rampait déjà dans la gaine d'aération. Pris de panique notre ami tenta le tout pour le tout, il ouvrit la porte -rien en vue- alors il se mit à courir en direction de pont comment jamais un homme n'avait dû le faire, voila le lion -apeuré- qui surgissait le cul face au danger...
-La lumière là au bout du couloir-
L'orage au sommet de sa puissance camoufla presque le bruit d'une grille tombant et qui parvint aux oreilles de « l’animal » affolé tout autour le grondement se précisait. Une ombre apparut sur la gauche mais Carterman n'avait pas envie de regarder comme il n'avait pas envie de regarder derrière lui pour confirmer qu'il était suivi. Il le savait, puis une main essaya de l'agripper au niveau du genou, sortie de l'ombre cette main était verte ! Il pensa perdre la tête et l'aurait presque souhaité tant la chose était insoutenable, il crut voir ensuite les murs suinter une sorte de visqueuse abomination. Le croiseur n'était déjà plus sien, il avait été corrompu par quelque malsaine perversion ; mais c'était trop tard pour s'en soucier le pont était à deux pas...


A bout de souffle et en nage, le cœur n'étant pas moins éreinté par l'effort que par l’effroi mais malgré tout il avait tenu bon, ce vieil ami. L'idée de s’enfuir se révéla vite décevante car l'engin faisait plusieurs dizaines de mètres de hauteur et il était donc impossible de sauter sans s'offrir au sol la tête la première. Fait comme un chat, l'homme prit alors étonnamment le temps de regarder au dehors, voir la magnifique tempête, admirer quelques feux de joie au loin – la ville ,certainement- C'était donc ainsi la réalité, voilà ce qui devait arriver aux silencieuses planètes, une invasion de masse, une attaque en règle sans aucun espoir d'en réchapper.
Alors c'était décidé, ses derniers instants d'homme libre ne lui échapperaient pas aussi facilement, il comptait bien, au milieu de ce Chaos, combattre pour chaque minute, chaque seconde. Il tuerait mordrait, baverait sa rage de vivre face au mystérieux assaillant, rien de son être maintenant était différent d'un commandant.

La respiration calme et le regard déterminé il attendait l'ombre, il attendait là sous la pluie battante que l'audacieux vienne le prendre. Soudain il se manifesta et c'est lentement qu'il quitta les pénombres, révélant son apparence au fur et à mesure que son corps gouttait à la violente lumière, d'éclairs complices ; ce corps fragile ne pouvait qu'être animé par d'hideuses ambitions. Tel un démon ailé, tout en cet être inspirait d'infâmes insultes à la vie.

-Ainsi c'est toi qui te présente, dit sobrement notre ami

Pour toute réponse : un regard qui n'appartiendrait jamais qu'aux ténèbres.
C'était suffisant et le dernier homme se lança corps et âme pour se prouver qu'il vivait encore...


Caterman se réveilla sans se réveiller, le monde était différent, presque nauséeux, la nature le révulsait et la lumière l’empourprait d'un noir haineux. Il était devenu l'autre, l'ennemi et plus rien ne pourrait jamais....

-Coupé dans ses pensées-

-Mec ! Dépêche toi et arrête de rêvasser on commence....
-Hum ?
-Bon... écoute je sais que t'es nouveau mais ce n'est pas une raison pour manquer ça.
-Tu as raison j'arrive, dit-il résigné.
-Personnellement j'ai hâte de voir combien de bonbons je vais ramener cette année, pas toi ?

Rp by Danaël et correction par Error

Spoiler:
 



_________________

Qu'
importe la victime si le geste est beau
[Laurant Tailhade]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Evenement Order] - Order fête Halloween

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Darth Order - Quantum :: La Garde (Public) :: Muséum-
Sauter vers: